Entrepreneurs : comment diversifier votre patrimoine et optimiser votre fiscalité ?

L’entrepreneuriat, plus que d’autres parcours professionnels, expose à des aléas forts en termes de carrière et de rémunération. Dès lors, il est essentiel pour l’entrepreneur de mettre en place une stratégie permettant de diversifier ses sources de revenus. À défaut de pouvoir lancer plusieurs entreprises, la diversification des sources de revenus passe généralement par la diversification du patrimoine.

Dans cette optique, il existe différents dispositifs permettant de diversifier son patrimoine, tout en bénéficiant d’un cadre juridique et fiscal optimisé au regard de ces objectifs financiers. Cet article fait le point sur les bonnes pratiques que les entrepreneurs peuvent mettre en place pour développer leur patrimoine, sécuriser leurs sources de revenus, et aussi préparer leur retraite.

L’importance de la diversification

Les entrepreneurs consacrent beaucoup d’énergie à développer leur entreprise. Sans surprise, les participations qu’ils possèdent dans leur entreprise représentent souvent une part énorme, pour ne pas dire disproportionnée, de leur patrimoine. D’un point de vue patrimonial, cette situation n’est pas sans poser quelques risques.

En effet, en cas de difficulté économique, l’entrepreneur risque de perdre beaucoup d’argent, et de mettre en danger la santé financière de son ménage et de sa famille.

Dans bien des cas, à l’occasion d’un audit patrimonial, les conseillers en gestion de patrimoine s’aperçoivent que certains de leurs clients entrepreneurs ne possèdent que peu d’actifs en dehors de leur entreprise.

Par ailleurs, beaucoup d’entrepreneurs n’anticipent pas le fait que leurs revenus puissent drastiquement baisser à la retraite. C’est d’autant plus vrai pour les gérants de SARL où les cotisations plus faibles impliquent également une pension de retraite plus faible. Certains entrepreneurs comptent sur la vente de leur entreprise au moment de leur départ en retraite pour se constituer des revenus complémentaires. Le produit de la vente peut effectivement être réinvesti sur des actifs rémunérateurs à cette occasion. Mais il ne faut pas occulter le risque que les conditions de marché (crise économique, difficultés sectorielles, etc.) puissent compromettre la santé de l’entreprise et incidemment son prix de cession.

Même si l’activité de l’entreprise est actuellement prospère, l’entrepreneur a donc tout intérêt à mettre en place une stratégie de diversification de son patrimoine, pour parer à toute éventualité dans le futur.

Les entrepreneurs peuvent user de différents types de dispositifs pour diversifier leur patrimoine, sécuriser leurs sources de revenus, et préparer leur retraite. Nous allons ici en évoquer trois, du plus simple au plus complexe à mettre en œuvre.

Pour en savoir davantage sur l’épargne et l’investissement, vous pouvez également consulter le site www.lesfinances.fr, ce site présente une multitude de dispositifs d’épargne, leurs avantages et limites, ainsi que leur fiscalité.

Le plan d’épargne retraite (PER) :  un dispositif désormais incontournable

Le premier dispositif sur lequel nous souhaitons nous attarder est le plan d’épargne retraite (PER). Comme son nom l’indique, ce dispositif permet de préparer sa retraite. En pratique, son utilité est encore plus large comme nous allons le voir.

Le plan d’épargne retraite est un dispositif au sein duquel l’épargnant peut diversifier son capital sur un grand nombre de classes d’actifs. Dans une optique d’investissement à long terme, il sera généralement recommandé d’investir sur des fonds d’investissement en actions et/ou des supports immobiliers tels que des fonds de foncières, des SCI ou des SCPI. L’épargnant peut également faire le choix d’allouer une partie du capital sur des supports moins risqués tels que des fonds euros, lesquels offrent une garantie sur le capital investi.

Les gains perçus au sein du PER ne sont pas taxés aussi longtemps que l’argent reste dans l’enveloppe. On parle d’enveloppe capitalisante. Il s’agit d’un vrai point fort pour faire fructifier son épargne et profiter de l’effet vertueux des intérêts composés (cet avantage est également présent avec l’assurance vie).

Le plan d’épargne retraite est très intéressant pour les entrepreneurs supportant un fort taux d’imposition à l’impôt sur le revenu. En effet, les versements réalisés sur le PER sont directement déductibles du revenu imposable ! Le PER est donc un outil efficace pour diminuer son imposition.

En contrepartie de cet avantage fiscal fort, l’argent placé sur le PER est bloqué jusqu’à la retraite. Le législateur a toutefois prévu plusieurs cas de déblocages anticipés, dont certains s’adressant spécifiquement aux entrepreneurs.

Ainsi, 2 cas de sortie anticipée retiennent notre attention : la faillite (liquidation judiciaire) et l’invalidité du souscripteur permettent de retirer l’argent du PER (d’autres cas de sortie anticipée existent, notamment l’achat de la résidence principale). On comprend donc que le plan d’épargne retraite n’est pas juste un dispositif pour préparer sa retraite, c’est aussi un outil pour se protéger en cas de difficultés économiques ou de soucis de santé. Cette double fonction (retraite et protection contre les coups durs) en fait un dispositif particulièrement intéressant pour les entrepreneurs.

L’investissement locatif : un classique

L’immobilier, et en particulier l’investissement locatif, est l’une des classes d’actifs préférées des Français pour diversifier leur patrimoine.

Les entrepreneurs ont également intérêt à s’intéresser à cette classe d’actifs. L’investissement immobilier locatif comporte différents avantages.

Tout d’abord, l’immobilier offre une bonne protection contre l’inflation et des rendements locatifs attractifs et relativement stables d’une année sur l’autre. C’est un placement intéressant pour investir sur le long terme et se constituer un complément de revenus.

Aussi, l’investissement immobilier peut être financé à crédit. Les entrepreneurs disposant d’une rémunération confortable n’ont en général pas de difficulté à obtenir un crédit.

D’un point de vue fiscal, les revenus fonciers sont soumis à une imposition relativement élevée puisqu’ils supportent à la fois les prélèvements sociaux et l’impôt sur le revenu. Fort heureusement, il existe plusieurs solutions pour limiter la fiscalité des revenus locatifs. On peut citer deux pistes couramment exploitées pour optimiser la fiscalité des revenus locatifs.

La première consiste à louer en tant que loueur en meublé non professionnel (LMNP). En optant pour le régime réel, l’investisseur peut déduire énormément de charges, dont l’amortissement du bâti et le remboursement des intérêts d’emprunt, ce qui permet de ramener à zéro le résultat imposable. L’autre piste couramment exploitée consiste à loger ses investissements au sein d’une société civile immobilière (SCI) à l’impôt sur les sociétés (IS). Via ce montage, les gains réalisés par la SCI peuvent être réinvestis au sein de la société sans impacter le revenu imposable de l’investisseur, ce qui permet de limiter l’impôt sur le revenu.

Structurer son patrimoine au sein d’une holding

Les entrepreneurs les plus ambitieux peuvent structurer leur patrimoine avec une holding comme pierre angulaire. Un apport-cession des titres de la société commerciale à la holding avec la mise en place d’un régime mère-fille est un dispositif couramment déployé. On peut citer au moins 3 avantages de ce montage.

Les dividendes distribués par la société commerciale (société fille) remontent dans la holding (société mère) avec un frottement fiscal dérisoire (de l’ordre de 1 %) au regard de celui qui existe lorsque l’entrepreneur perçoit les dividendes en direct, c’est-à-dire en qualité de personne physique (sans holding). Pour rappel, l’imposition des dividendes (valeurs mobilières) perçus par les personnes physiques est de 30 % depuis l’instauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU), un taux auquel peut s’ajouter la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR).

L’entrepreneur dispose ainsi de ressources financières plus importantes à investir via la holding plutôt qu’en nom propre. Les dividendes peuvent être librement réinvestis dans divers actifs au sein de la holding.

En cas de revente de la société commerciale, la holding bénéficiera d’un report d’imposition de la plus-value constatée à cette occasion. L’entrepreneur disposera là encore de ressources financières plus importantes à investir, que ce soit pour acquérir une autre entreprise ou simplement réinvestir le produit de la cession dans des actifs financiers ou de l’immobilier.

En conclusion, les entrepreneurs ont à disposition plusieurs dispositifs très efficaces pour diversifier et sécuriser leur patrimoine. La complexité de certains dispositifs implique que l’entrepreneur fasse appel à un conseiller en gestion de patrimoine ou un conseiller fiscal. Il est recommandé de mettre en place ces dispositifs le plus tôt possible dans sa carrière, afin d’anticiper tous les risques professionnels qu’implique l’entrepreneuriat.

Droits et libertés : Tout Savoir sur le Monde de l'Entreprise.