Le bilan de compétences: Quelles sont les phases à suivre ?

Accueil » Le bilan de compétences: Quelles sont les phases à suivre ?

Avez-vous déjà entendu parler de bilan de compétences ? Si vous vous êtes déjà posé la question si votre job actuel vous convient ou non, ou que vous désiriez lancer votre propre entreprise, vous avez à réaliser un bilan de compétences. II n’est pas obligatoire, mais il vous servira toujours pour faire le point sur votre situation professionnelle et assurer une meilleure carrière à l’avenir. Tant de questions se posent autour du bilan de compétences et parmi les plus répétitives c’est « Quelles sont les phases à suivre pour réaliser un bilan de compétences ? ». En voici la réponse.

Qu’est-ce exactement un bilan de compétences ?

Nombreux sont ceux qui ignorent encore ce qu’est un bilan de compétences. Et ce n’est pas étonnant puisque rares sont les entreprises qui en suggèrent et en demandent à leurs salariés. Pourtant, c’est un examen très utile tant pour le salarié que pour l’employeur.

Il s’agit d’une technique visant à faire évaluer des compétences, des savoirs, des expériences, des aptitudes, des priorités et des envies professionnels qui est souvent initiée par une réflexion autour de sa carrière professionnelle. Si vous vous êtes déjà demandé sur la possibilité de travailler pour une autre entreprise ou aviez déjà eu l’envie de monter en grade ou de changer complètement de métier, alors dans ce cas vous auriez déjà pu avoir fait le point sur votre situation. Pensez à réaliser un bilan de compétences pour savoir où mettre les pieds et que faire.

C’est en vous aidant à faire le BON point sur votre avenir professionnel que le bilan de compétences a été créé. Il concerne une démarche conçue principalement pour vous aider à connaître vos compétences cachées, mais aussi vos points faibles afin que vous adoptiez la meilleure solution pour atteindre votre objectif et réaliser votre projet professionnel. Autrement dit, c’est la première étape du développement personnel.

La première phase : l’entretien préliminaire

Si vous êtes décidé de vous lancer, alors commencez par le début. Pour faire un bilan de compétences, vous devez premièrement passer par la phase dite « préliminaire » qui est essentiellement conçue pour permettre à votre consultant de mieux vous accompagner dans votre parcours en fonction de vos réelles attentes et de vos aspirations personnelles.

En effet, pendant la phase de l’entretien préliminaire, vous allez devoir vous exposer et parler de votre projet ainsi que de vos envies afin que votre conseiller puisse saisir ce que vous souhaitiez qu’il fasse. En fonction de ce que vous lui informez, il va valider ou non la pertinence de la démarche que vous avez adoptée jusque-là et vous faire comprendre le déroulement du bilan de compétences.

Quoi qu’il en soit, la confiance entre vous doit bien se poser, car sans cela, il serait presque impossible que les résultats soient vrais.

La deuxième phase : l’investigation

La phase d’investigation, quant à elle, est l’étape destinée pour faire l’inventaire de votre personnalité. Elle dure à peu près 2 heures et explore les moindres facettes de votre carrière professionnelle. Bref, c’est une sorte de panorama complet de vous à travers vos expériences en tant qu’individu, professionnel ou salarié d’entreprise.

Lors de cette deuxième phase du bilan de compétences, vous allez vous entretenir face à face avec votre consultant afin que vous réalisiez en toute conscience vos manières d’aborder votre propre manière d’aborder votre travail et de sorte que votre consultant, de son côté, puisse identifier votre réel potentiel et ouvrir des perspectives à d’autres fonctions et autres métiers, mais aussi de vous permettre de vous ouvrir au monde entier si vous n’avez pas encore de projet précis.

La troisième phase : la restitution ou la conclusion

Dans cette dernière étape du bilan de compétences, votre conseiller va être amené à synthétiser toutes les étapes par lesquelles vous avez passé pour arriver à des conclusions par rapport à votre projet initial.

Il va pouvoir et devoir vous faire réaliser par vous-même des pistes d’après-bilan qui vous aideront à concrétiser vos rêves comme la création de votre entreprise, par exemple. Sur ce, n’oubliez pas que votre consultant ne fait que vous accompagner. Toute la réalisation de ces 3 étapes du bilan de compétences dépend de votre présence tant physique que morale.

L’étape de la restitution concerne donc l’étape de la construction des étapes post-bilan. L’objectif est donc de vous fournir une feuille de route précise pour que le bilan de compétences se termine sur quelque chose de concret.

De par ce résultat, vous pouvez décider de ce que vous allez faire dorénavant : rester là ou avancer. Eh oui, parfois certaines personnes ne savent pas que rester là est bien la meilleure solution pour eux que rechercher d’autres issus, car le problème n’est pas que leur job ne leur conviennent pas, mais qu’elles n’ont pas exploré toutes les facettes de leur métier auparavant.

Pour conclure, disons que le bilan de compétences est la première étape d’une nouvelle carrière et d’une nouvelle orientation qui est souvent initiée par une profonde remise en question de sa situation tant personnelle que professionnelle. En d’autres termes, on le qualifie aussi de « thérapie professionnelle » ou de début du développement personnel, car c’est un long travail sur soi.

Financer pour réussir

Pour conduire son bilan de compétences à terme, il est essentiel de se préparer côté budget. Ce qu’il faut retenir, c’est que ce bilan n’est pas obligatoire, mais très important. Il vous servira tout au long de votre carrière. Vous pouvez le réaliser vous-même en ligne ou en vous appuyant sur des références bibliothécaires. Mais l’idéal est de vous confier à un consultant professionnel issu d’un centre agréé par l’OPCA ou par le FONGESIF.

Toutefois, il est possible de demander de l’aide pour financer son bilan de compétences en fonction de sa situation et de son attente :

  • Le financement par le FONGESIF nécessite un an d’ancienneté dans l’entreprise où vous travaillez, et d’avoir travaillé au moins durant 5 ans dans sa vie ;
  • Le financement par le DIF se fait, quant à lui, sous l’accord de votre employeur. Sur ce, cela peut être un peu difficile, car certains employeurs voient cette demande comme un signe de départ de leurs salariés.

Droits et libertés : Tout Savoir sur le Monde de l'Entreprise.